Une équipe jeune

La sécurité est un maître mot

Aéroclub situé a 15km de Paris

BIENVENUE SUR CLUB AERO FORMATION

Notre club aéronautique situé a Lognes a 15km de paris offre une qualité et un cadre privilégié à toutes celles et ceux qui désirent s’initier à l’aviation légère, se former au pilotage ou pratiquer leur activité favorite dans une atmosphère conviviale et dans des conditions de sécurité optimales. Club aero formation est heureux de mettre ses avions et ses pilotes à votre disposition. Pour la durée d’un vol d’initiation, ou plus, s’il vous vient l’envie de prendre les commandes en vue d’une licence de pilote, découvrez les joies du vol et la terre vue du ciel. Que vous souhaitez vous familiariser avec les commandes ou simplement profiter du paysage, venez vivre une expérience inoubliable.

 

CONSULTER NOS COURS

L’ASSOCIATION

Club de Lognes

club aero formation button

Un espace spacieux dédié à l’apprentissage, à la détente et aux échanges entre pilotes. Le mélange parfait entre rigueur et convivialité.


Club Aero Formation possède 3 avions de model HR200 et PA28. Ces avions sont utilisés lors de baptême, de vole ou pour une location.
Consulter Nos Tarifs

LE SITE

Club de Lognes

NOUS CONTACTER

Cette semaine, c’est ceinture !

By | Non classé | No Comments

Tout d’abord, rappelons qu’en avion aussi la ceinture est obligatoire. Si le port de la ceinture est bien rentré dans les mœurs des automobilistes avec un taux global de 99% du port de la ceinture, il demeure néanmoins qu’un quart des tués sur la route ne la portaient pas. En avion aussi la ceinture peut sauver des vies. Pour une raison de bon sens d’abord, car vous êtes un pilote responsable, d’ores et déjà commandant de bord ou commandant de bord en devenir et à ce titre garant de la sécurité. Pour une raison légale ensuite car l’assurance ne pourrait ne pas vous couvrir lors d’un accident si il est avéré que vous n’aviez pas ou pas correctement mis votre ceinture. Et ce point est très important : il est essentiel de bien attacher sa ceinture et de bien connaitre sa configuration.

La ceinture de sécurité ventrale est la plus simple mais la moins efficace. C’est ce type qui est employé dans les avions de ligne. Elle a l’avantage d’être légère et de se remplacer facilement, deux point essentiels à l’aviation commerciale. On imagine aisément l’économie de poids réalisée lorsqu’on fait perdre quelques grammes à une ceinture qui va équiper les 500 sièges d’un A380 et l’avantage de pouvoir remplacer en quelques minutes une ceinture défectueuse lors d’un embarquement qui a pris du retard. De plus dans les avions de ligne, les sièges sont conçus pour participer à l’absorption du choc, ce qui n’est pas les cas sur nos avions légers.

Certains avions sont équipés d’une ceinture type voiture (3 points), c’est simple, intuitif mais peut-être un peu moins efficace qu’un harnais. Son principal avantage est que son utilisation est ancrée dans vos habitudes. Une étude, dans la veine de celle ayant donné lieu à un crash test de 727 au Mexique a démontré que les passagers d’un avion avaient tendance à vouloir retirer leur ceinture comme celle d’une voiture après un crash. La panique aidant, ils oublient que le système de verrouillage est différent. Attention donc à bien mémoriser le type de boucle utilisé.
Le harnais est la configuration la plus efficace. C’est celle qui équipe nos HR200. Il peut être 4 ou 5 points. Pour que son efficacité soit maximale, il est essentiel de bien attacher tous les brins, dans un ordre précis et en prenant le temps de bien tout vérifier. Petit mode d’emploi :

  1. Desserrez tous les brins de la ceinture afin de partir sur de bonnes bases.
  2. Réglez votre siège. La ceinture étant fixée au châssis de l’avion, le réglage de sa longueur dépend de la position du siège.
  3. Commencez par le réglage de la partie ventrale en essayant de centrer la boucle, la ceinture devant être bien en appui sur vos hanches. En effet, c’est principalement par les hanches que vous serez retenus en cas de choc. Pour pouvoir mettre tous les brins dans la boucle une position intermédiaire entre ouvert et fermé est prévue.
  4. Réglez ensuite les sangles dorsales de manière à pouvoir être retenu en cas de choc (c’est à dire que votre tête ne doit pas pouvoir atteindre le tableau de bord), tout en étant capable d’atteindre toutes les commandes de l’avion. Les sangles doivent être les plus à plat possible et ne doivent pas être entortillées.
  5. Agencez correctement les différentes sangles afin que rien ne vienne se coincer dessous.

N’oubliez pas de vous détacher pour le démarrage moteur, en cas de feu au démarrage, l’évacuation de l’avion en sera facilitée et de vous attacher complètement dès le démarrage terminé.

Désolé pour cet article un peu scolaire et un brin moraliste mais c’est parce que je suis très attaché à la sécurité de nos membres que je n’ai pas pu la boucler 😉

Bons vols.

Pour un atterrissage tout en douceur…

By | Non classé | No Comments

Cette semaine, nous allons voir quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté pour réussir un atterrissage tout en douceur.

Tout d’abord, avoir retenu les données du constructeur et savoir en tirer parti. Il est essentiel d’avoir lu et assimilé le manuel de vol de l’appareil et de savoir en appliquer la substantifique moelle. La vitesse d’approche, le régime moteur qui y est généralement associé, l’assiette d’approche, l’utilisation du compensateur. Autant de paramètres qu’il est bon d’expérimenter dans différentes conditions atmosphériques, à différentes masses et à différents centrages.

Ensuite, connaitre le vent. Il existe plusieurs types de vents, ou plutôt pour être exact plusieurs manières de le mesurer. La manière la moins précise mais la plus explicite consiste tout simplement à observer la manche à air. Toutefois cela suppose de savoir où regarder. L’emplacement des manches à air figure sur les cartes VAC. Un autre moyen d’avoir une idée de la direction et de la force du vent consiste, sur les aérodromes qui en sont équipés, à écouter l’ATIS qui donne le vent moyen, qui est mesuré par un capteur situé à une hauteur de 10 mètres et sur une période de 10 minutes. La manière la plus précise reste le vent donné par le contrôleur d’aérodrome lorsque celui-ci est présent. Il s’agit d’un vent mesuré par le même capteur
que celui de l’ATIS mais dont la valeur est moyennée sur une période de 2 minutes. Toutefois, cette indication, délivrée avec la clairance d’atterrissage, nécessite de la part du pilote une écoute attentive et une analyse avant d’être applicable. Combien d’entre nous sont incapables de répéter la valeur donnée par le contrôleur lors de cette clairance distillée dans un moment où la conduite de l’aéronef nous accapare ? Une fois cette valeur assimilée, il ne faut pas oublier d’appliquer la correction de dérive et l’éventuelle majoration de vitesse indiquée nécessaire (kVe).

Enfin, maîtriser le geste ! C’est la partie la plus délicate. Tous les pilotes le savent : l’arrondi est la phase la plus délicate à appréhender lors de l’apprentissage du pilotage. Pour les instructeurs également, l’enseignement de cette phase du vol est des plus difficiles car même si la théorie est bien assimilée, seule la pratique permet d’apprendre le geste idéal. Le tout étant effectué proche du sol et à faible vitesse. Les meilleures astuces qui vous permettront de réussir sont comme toujours devant vos yeux. En effet, il est essentiel de regarder le plus possible dehors : point d’aboutissement, maîtrise de l’axe, du plan et de la vitesse. Le circuit visuel est essentiel et, tel le peintre naturaliste, c’est le regard qui guide le geste. Une erreur des plus courantes est par exemple de se focaliser sur l’appareil qui vous précède en finale, au détriment du pilotage de votre machine.

Toutefois, n’oubliez jamais qu’une remise des gaz est toujours possible. Par là il faut comprendre que le contrôleur peut à tout moment vous demander de remettre les gaz pour une raison X ou Y mais également que la remise des gaz constitue pour vous une porte de sortie qui est toujours ouverte en cas d’approche non stabilisée, de danger imminent ou tout simplement de nécessité. Il est donc essentiel de maîtriser cette procédure sur le bout des doigts.

En conclusion, réussir un atterrissage ne relève pas du miracle, il est le fruit d’une approche bien préparée et bien maîtrisée et plus généralement d’un entrainement régulier. Continuez de voler, continuez d’apprendre et plus que tout, continuez de prendre du plaisir dans les cieux.

Connaissez vous le débriefing du Club Aéro Formation ?

By | Non classé | No Comments

Briefing club aero formationEntendons-nous bien, je ne parle pas ici du débriefing que vous aurez certainement l’occasion de faire après un vol au Club Aéro Formation mais de notre bulletin d’information.

Ce bulletin d’information du Club Aéro Formation porte le nom de “débriefing” même s’il s’agit autant d’un briefing que d’un débriefing, le but étant de vous tenir au courant des nouveautés au club.

Vous y retrouvez un édito signé par Eytan, notre président, ainsi que de nombreuses informations concernant les vols mais également la vie du club.

La rubrique “le coin pilote” fait la part belle à la sécurité des vols et aux évolutions de la réglementation. Vous trouverez dans le numéro précédent des conseils concernant les dégradations météo, les risques de givrage, les évolutions de la réglementation PART-NCO. Sont ainsi abordées les nouvelles règles concernant l’emport carburant, l’emport d’oxygène, le survol maritime et le dépôt de plan de vol notamment.

La partie “informations utiles” vous envoie vers des liens utiles et intéressants, comme l’excellent blog http://blog.mentalpilote.com/ qui se sert de récits de vols comme supports à des enseignements sécuritaires.

Ce débriefing, dont le premier numéro date de décembre 2016 n’en est qu’à ses balbutiements mais gageons qu’il est promis à un grand avenir. Il est diffusé par mail à l’ensemble des membres du club donc n’hésitez pas à le signaler si vous ne le recevez pas et souhaitez le recevoir. Il est fait pour vous pilotes et si vous vous sentez l’âme d’un Saint-Exupéry, vous pouvez vous rapprocher du bureau pour soumettre vos idées.

J’espère que vous prendrez plaisir à lire ce débriefing concocté par Eytan avec l’aide de l’équipe et vous donne rendez-vous au prochain numéro. En attendant, n’oubliez pas de profiter des beaux jours pour réserver vos crénaux au Club Aéro Formation et venez apprécier un vol en toute sécurité !